La France en quête de la FIFA: vers la création d’un paradis fiscal pour séduire les fédérations

FIFA

La France en quête de la FIFA: vers la création d’un paradis fiscal pour séduire les fédérations

Le gouvernement français est prêt à tout pour faire de Paris la nouvelle capitale mondiale du football. Dans une démarche audacieuse, un amendement au projet de loi de finances pour 2024 a été introduit, visant à offrir des avantages fiscaux majeurs aux fédérations sportives internationales. Au cœur de cette stratégie : la volonté de rapatrier le siège de la FIFA, actuellement à Zurich, sur le sol français.

Selon les informations révélées par Les Echos, cet amendement prévoit une série d’exemptions fiscales pour les 34 fédérations sportives internationales concernées. Ces exemptions couvrent l’impôt sur les sociétés, la cotisation foncière des entreprises et la CVAE. Mais ce n’est pas tout. Dans une démarche encore plus séduisante, le gouvernement français propose également un traitement fiscal privilégié pour les employés de ces fédérations. Ces derniers pourraient ainsi être exemptés de l’impôt sur le revenu pendant une durée de cinq ans.

L’initiative française ne sort pas de nulle part. Elle s’inscrit dans le cadre de discussions entre Gianni Infantino, président de la FIFA, et Emmanuel Macron, président de la République française. Il est à noter que la FIFA avait déjà élu domicile en France entre 1904 et 1932. Le dirigeant italien de la FIFA semble d’ailleurs favorable à un retour de l’organisation en terre française, renouant ainsi avec une page historique du football mondial.

Paris, nouvelle capitale du football FIFA?

La démarche du gouvernement français est claire : faire de Paris le centre névralgique du football mondial. En offrant des avantages fiscaux considérables, la France espère non seulement attirer la FIFA, mais aussi renforcer son statut de nation phare du sport international. Un tel déménagement serait également bénéfique pour l’économie française, avec l’arrivée de nombreux emplois et investissements liés à l’activité de la FIFA.

Au-delà de l’aspect sportif, cette initiative s’inscrit également dans une dimension politique. En attirant la FIFA, la France renforcerait son influence sur la scène sportive mondiale, tout en envoyant un message fort sur sa capacité à offrir un environnement fiscal compétitif pour les grandes organisations internationales.

La balle est désormais dans le camp de la FIFA. Si les avantages fiscaux proposés par la France sont indéniablement séduisants, la décision de transférer le siège de l’organisation nécessitera une réflexion approfondie. Quoi qu’il en soit, cette initiative du gouvernement français témoigne de sa volonté de renforcer la place de Paris sur l’échiquier sportif mondial. Seul l’avenir nous dira si la capitale française réussira à marquer ce grand coup.